Culture,  Livres

Code 612 Qui a tué le petit Prince ? Le roman policier atypique de Michel Bussi

Bonjour ! Aujourd’hui est une grande première, puisqu’on va parler non pas d’un film ou d’une série, mais d’un livre ! En fait avant je réservait mes avis lecture au Cercle Littéraire Fnac. Mais il s’est arrêté, donc je pense qu’il est temps de les partager avec vous ! Vous me direz si ça vous plaît ou pas. Pour ce premier avis livre sur le blog, on va parler du dernier roman de Michel Bussi : Code 612 Qui a tué le petit Prince ? Publié aux Presses de la Cité.

Une enquête atypique entre fiction et réalité

Dans ce roman policier, Michel Bussi nous propose, comme l’indique le titre, de découvrir ce qui est réellement arrivé au Petit Prince. Oui, on parle bien du petit garçon dans le conte le plus connu du monde. A la fin du conte, le Petit Prince se fait mordre par un serpent. Mais est-il vraiment retourné vers sa rose, ou a-t-il dit ça pour rassurer l’aviateur ? Pour découvrir cela, il faut avant tout comprendre ce qui est arrivé à l’auteur du conte, Antoine de Saint-Exupéry, dont les circonstances de la mort n’ont jamais été élucidées.

A la rencontre de différents personnages hauts en couleurs, les enquêteurs s’affairent à résoudre le mystère de ces deux morts. Meurtre, suicide, ou juste une mise en scène pour disparaître ? Une enquête invraisemblable, pas forcément utile toutes ces années après, mais pourtant intéressante.

Le roman, très court (240 pages), va à l’essentiel pour passer un bon moment sans longueurs.

Un bel hommage au Petit Prince de Saint Exupéry

Neven et Andy, les deux enquêteurs embauchés pour résoudre ces mystères, s’embarquent dans un voyage dont ils ne connaissent pas le but final. A la manière du petit prince, ils vont d’île en Île, à la rencontre des membres du Club 612, qui regroupe des passionnés du conte du Petit Prince, qui a changé leur vie, comme celle de beaucoup d’autres.

Mais étrangement, ils ressemblent beaucoup à ces personnages absurdes rencontrés par le Petit Prince (le monarque, le vaniteux, le businessman…). Et tous ont leur propre avis sur ce qui est arrivé au Petit Prince et à Saint-Exupéry. Des pièces du puzzle qu’il faut réussir à assembler pour résoudre le mystère.

Cette enquête permet de rentrer dans la plupart des theories et interprétations philosophiques qui ont été proposées pour le conte. Mais la morale est probablement qu’il existe autant d’interprétations que de lecteurs. Et Saint-Exupéry a emmené ce secret avec lui lors de sa disparition.

En explorant les répliques du Petit Prince, on en apprend aussi beaucoup sur la manière dont il a été écrit et sur la vie de son auteur. Saviez-vous qu’avant la publication, il y avait eu plusieurs versions ? Et qui est la « rose » de Saint-Exupéry ? Sa femme, sa mère ou l’une de ses amantes ? Michel Bussi ne fait pas qu’extrapoler autour du Petit Prince, il a mené une réelle recherche autour du conte et de son auteur, et nous permet de découvrir tout cela d’une manière bien plus palpitante qu’un documentaire.


Le mot de la fin

Vous en savez maintenant un peu plus sur Code 612 Qui a tué le petit Prince ?, le roman de Michel Bussi que j’ai découvert récemment. C’est une lecture que j’ai beaucoup apprécié. Le livre allie le suspense d’un roman policier à la philosophie et la poésie du Petit Prince. Une belle manière de repenser à ce conte de notre enfance que je n’ai pas lu depuis bien longtemps, mais dont les souvenirs sont toujours bien ancrés dans nos têtes.

J’ai aussi aimé cette approche légère du roman policier. Pas de mise en scène sombre ou macabre, mais simplement des mystères à élucider. Une approche que l’on retrouve de moins en moins, et que j’apprécie particulièrement. Autre incitation à le lire : les droits d’auteur seront reversés à la Fondation Antoine de Saint-Exupéry.

Source de l’image : Parc du Petit Prince

N’oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter pour avoir un petit récapitulatif du blog et de l’inspiration tous les mois !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :