Culture,  Séries

Parallèles, la nouvelle série de SF pour ados sur Disney+

Bonjour ! Aujourd’hui on va parler série. J’ai fini de regarder Parallèles (aussi écrit Para//èles), la série de science-fiction française sur Disney+. Je vous raconte tout !

Retrouvez tous mes conseils culturels ici.

L’histoire de Para//èles

Un groupe de cinq collégiens français vivent dans un petit village de montagne frontalier avec la Suisse. Alors qu’ils fêtent l’anniversaire de Bilal dans un bunker, trois des adolescents disparaissent soudainement après une coupure de courant. Ils vont chercher à découvrir ce qui s’est passé, et comment retrouver leurs amis éparpillés dans des mondes parallèles.

Une série fantastique pour ados sans ambitions dans des mondes parallèles

C’est clairement assumé et annoncé, Parallèles est une série pour ados. Soyez rassurés, la série ne fait pas peur, toute la famille peut la regarder. Mais elle n’est pas ennuyante pour autant ! Les épisodes courts et le scénario bien rythmé nous donnent envie d’en savoir plus, tout en entretenant un petit mystère.

Bien sûr, la série surfe sur des thématiques déjà vues et revues, et souvent mieux traitées dans de nombreuses autres œuvres. Mais ça fonctionne quand même, justement car elle ne prétend pas être plus que ce qu’elle est : un divertissement, une aventure simple d’un groupe d’adolescents. Ce n’est pas la nouvelle « Stranger Things » ou « Dark » française.

Presque parfois trop simple d’ailleurs. On aurait aimé avoir des épisodes un peu plus longs. Avoir l’occasion de découvrir les personnages plus en détails, avoir des explications un peu plus poussées sur les événements, le tout pour donner un tout petit peu plus d’enjeux et de profondeur. La série fonctionne comme elle est, mais aurait pu aller plus loin que ses 6 épisodes qui passent finalement un peu trop vite.

Un manque de naturel rattrapé par une cinématographie ultra soignée

Comme souvent dans les séries françaises, les personnages sont très peu naturels. Suis-je la seule à être agacée de ne jamais avoir des dialogues qui semblent naturels, comme on parle vraiment dans la vie de tous les jours ? Donc au début, lorsque on arrive dans la vie quotidienne de ces ados « normaux », on n’y croit pas. C’est presque mignon d’imaginer que la jeunesse française est aussi sage et bien élevée.

Un autre petit détail très personnel qui fait que ça ne me parait pas réaliste : le village de montagne et le milieu des frontaliers qui travaillent sur un accélérateur de particules je connais, c’est un peu ma vie. Et en vrai ce n’est pas du tout comme ça, mais bon, ça n’est pas le but de la série 😉

Mis à part les dialogues pas du tout réalistes, le casting est assez bien choisi. Il y a une vraie alchimie entre tous, ados comme adultes. Heureusement, car sinon je crois que la série aurait paru ridicule.

Là où Parallèles est le plus réussie, c’est sur le plan visuel. L’intrigue se déroule dans une petite ville de montagne amène tout le charme et est superbement mis en valeur à l’image. L’ambiance travaillée de manière assez sombre nous permet de rester dans l’intrigue et diminue le sentiment aseptisé des dialogues. Les scènes sont rythmées, avec beaucoup d’éléments stylistiques très pertinents et tout simplement beaux à voir.


Alors, ça vaut le coup d’œil ?

Si vous cherchez une série à regarder sans prise de tête, ou un nouveau programme familial, allez-y sans hésiter. Para//èles est belle et captivante, on passe un bon moment. Si vous êtes fan inconditionnel de science-fiction et que vous êtes curieux de voir la nouvelle série du moment, vous serez sûrement déçus par Parallèles. La thématique est vue et revue et le positionnement trop famille empêche de rentrer dans l’univers et de s’identifier.

Personnellement, j’ai passé un bon moment car je n’avais pas beaucoup d’attentes. Mais Parallèles pourrait être encore mieux !

N’oubliez pas de vous inscrire à ma newsletter pour avoir un petit récapitulatif du blog et de l’inspiration tous les mois !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :